Lundi 5 mars nous quittons Dakhla pour rejoindre le rond-point 40 (il est à 40 km de Dakhla). C’est ici que nous reprendrons la route vers le sud. Il nous faudra 2 bonnes heures avant de trouver un automobiliste bienveillant à notre égard. Peut-être que le check-point de la gendarmerie royale au rond-point dissuade les éventuels preneurs. Nous irons jusqu’à El Argoub à environ 40 km de là. Le temps pour nous de goûter un nouveau tajine et un thé et de discuter avec les quelques routiers qui font une pause. Mohamed est d’accord pour nous conduire à Guerguarat. Comme à chaque fois, Berniquette s’assoit sur la couchette face au pare-brise et à la route, et Berniquet sur le siège passager. Nous alternons régulièrement car l’assise sur la couchette est un peu haute pour voir la route et les paysages. Nous apprenons au cours d’une discussion que Mohamed n’a pas dormi depuis Casablanca, donc depuis trop longtemps. Nous exerçons une veille active et discutons autant que possible afin de prévenir un éventuel endormissement. C’est la première fois que nous ne sommes pas inquiets de voir un chauffeur téléphoner en conduisant, c’en est presque rassurant. À chaque fois que nous montons dans un véhicule, nous nous renseignons de l’état de fatigue du chauffeur et imaginons une stratégie de protection au cas où !! Mais en règle générale c’est plutôt no stress.

Arrivés à Guerguarat il ne reste que des matelas en dortoir pour 30DH par personne. Ça fera l’affaire, nous repartons le lendemain à l’ouverture du poste frontière. Il ouvre de 9 heures à 18 heures. La soirée nous permettra de faire la connaissance de Paco un jeune sénégalais qui nous invite à aller visiter Foundioune sur la petite côte en dessous de Dakar. C’est noté.

2F61ACED-55E6-41BA-8DC3-8CE581FFAB25

BE89FF3D-A487-4776-948D-4EB89C2A88CA

21C7CD31-3691-4765-ACE7-A250FAB6C998

37C1BA0D-51F8-4BFF-905C-889CF8AD93EC

0D28C13D-125D-413F-985C-0C38FE66091C

CAA52396-C671-44F1-934E-64BCCC1633F6

B45D02A8-EBBA-429B-8394-22CBDC099190

039A7555-DBBD-4E35-AB09-745FBAAA9609

41D17DF2-8BC7-414B-915D-7ABE1B0CD06C

4F03739F-B5B7-4CC5-B92C-31C67D85FC05

D75D6E8E-A8C0-4012-A940-10E611A14BF9

7320C288-8ABC-4B31-9B9C-DD91A19E6A87

81356E8D-065F-4D4A-912E-3AF80DD29FB2

091CB647-C608-4BEC-A199-697ED512CEA2

Week-end à Dakhla.

Dakhla vit au rythme de son marché quotidien nocturne (inclus le dimanche). Pas de répit pour les camelots et les éventuels clients. Le rituel commence en début d’après-midi pour certains. Chacun y va de sa spécialité (tongs, foulards, sous-vêtements en tous genres, boubous, ustensiles de cuisine, pantalons, etc...) et passe un temps infini à installer ses articles méticuleusement (époussetage, rayonnage, époussetage, rayonnage, et ainsi de suite). Tout le monde est le commerçant de quelqu’un, tout le monde est le client de quelqu’un, mais ça ne doit pas faire beaucoup pour chacun.

BA1000FD-9A1F-422A-BCF2-19F1E01B0C61

B495D847-7B29-4433-97C9-DF1289FAC863

48A7496D-491A-446B-B068-2AF5A2682F5F

36EA7ABF-2B15-47E0-A1B4-3F2131524CA3

1B664DC9-B0D6-4B7A-81CD-AC7EE27345C3

D5EDBDBB-162E-49CD-BA65-D200D5256A11

3D890AD8-D929-470A-9A4D-19D45A6BA036

980DEBE6-B946-4089-B32E-EB6CB8D96C3B

Vendredi 2 mars: la météo est plus clémente juste un vent assez soutenu. Nous quittons Akhfennir en R18 avec un maçon qui va à Tarfaya. Il nous laissera sur la route de Laâyoune. Nous n’entrerons pas dans le bled pour saluer Ahmed chez qui nous étions hébergés en 2013. Peut-être y passerons nous au retour, si tout va bien. Là nous embarquons dans une camionnette de messagerie. Le chauffeur a conduit toute la nuit et s’arrêtera à Laâyoune. On lui fera la conversation pour être sûr qu’il restera éveillé, et qu’il fasse attention aux passages de chameaux. Et là nous ferons la route jusqu’à Dakhla avec Khalid et Khadija à une vitesse un peu crispante entre 140 et 190 km/h. On aurait pu descendre à Boujdour si la crispation s’était maintenue, mais hormis la vitesse il avait de bons freins et il y avait aussi fréquemment des travaux qui le contraignait au ralentissement. Nous sommes arrivés à bon port et ils nous ont déposés à la porte de notre hôtel de 2013 où nous avons pris la souit à 200Dh. De la place dans la souit et la possibilité de faire la lessive et d’étendre notre linge pour le séchage. Un bon week-end en perspective.

DE04B9D7-AF56-4330-8AAB-8907F0E31A29

FFCE26B0-CB98-4A23-B120-73015942B245

E1E6F666-B7F6-4CD3-AC9C-52AF6E595E17

7F051D64-CA26-4C4A-94A1-49D400A00D2A

0BEE14DB-A962-4B2C-8DA8-F1282C634C64

A4DB8C86-83B1-4210-8B15-4E9897D010AE

B2943C49-B4CF-4984-8D9C-BF97BF909A00

Jeudi 1er mars: la météo est toujours instable, nous quittons l’hôtel avec l’idée d’aller encore plus au sud sans tarder. Tant pis ça fera un deuxième jour consécutif sur la route, mais on aime ça. Le ciel est chargé et donne une apparence tristounette à la ville qui néanmoins s’active façon Rungis. Des légumes sont transférés de charrettes à bras vers des camionnettes. Le temps d’un thé ou café et nous voilà à poste, sur le bord de la route. Inezgane est le paradis des 205 repeintes en bleu et appelées « petit taxi » qui parcourent la ville. Chaque ville a sa couleur appliquée au petits taxis. 

Nous irons jusqu’à Tiznit avec Véronique et Bernard des camping-caristes des Charentes Maritimes. 

Puis nous embarquerons à nouveau à bord d’un camion avec Omar. La perspective est intéressante il va jusqu’à Dakhla. Nous ferons étape à Sidi Akhfennir, nous à l’hôtel que nous conseille Omar et lui dans son camion. Pour manger c’est tout simple. Omar nous guide vers le poissonnier à côté du resto. Tu prends ton poisson, tu l’amènes Au cuistot et tu le retrouves sur ta table 15/20 mn plus tard. Omar est notre invité. Il n’y a pas de langouste au menu. Poisson ou morgates (poulpes 🦑).

Un contretemps nous amènera à retrouver notre autonomie. Les contrôles routiers de la gendarmerie royale sont fréquents à partir de la porte du Sahara occidental 🇪🇭. Nous comprenons le souhait de Omar de continuer seul la route. Le transport des étrangers n’est pas une chose simple à assumer dans le secteur sous haute surveillance. Nous conserverons néanmoins le contact avec Omar via Facebook et nous le remercions pour sa gentillesse et disponibilité.

A51111D2-0A09-416F-BFD8-1A7AC6E82B56

54218554-2C55-46EF-B583-B8EB843FCBA4

54333D47-FA37-4BA8-A483-25217F499326

F37E3BDF-DD5F-4252-97D4-17CFBA00A4A4

D020D2F5-F44A-4CD1-B52B-B8D152685157

DBE07E8C-2787-41AF-B5B2-7F7020C5A9C7

327F94C1-C8C4-4A9C-AA32-5158756CB2D1

8144D3B1-D7B6-49E6-B03E-B41A6FD3CC69

17F062D0-9FB1-4639-BC9C-B84562E1FD2D

CCCC1F8D-A0EA-4E6F-B055-91E9442FCF15

F14B383E-37A1-4831-B2B0-02FE71596B3F

B2A3DC7F-8994-4842-ACD3-5FCBB3F6B8AA

AEC98FA8-41D3-40AE-B81F-FB855C53A97A

CD8DB151-5799-451E-A5B9-12E0BEAFC1B2

070F0FCD-914A-4705-B5FC-6176DBACFB82

AD7EC651-CC91-4412-828B-25EED4B177FC

Mercredi 28 février: la météo semble incertaine pour les jours à venir mais on le sent bien de reprendre la route ce matin. De toutes façons on n’aura pas la neige qu’on a eue à Nantes au départ. 

C’est un peu difficile de décoller de la sortie de ville, surtout quand une petite grand-mère qui s’interroge sur notre présence, reste plantée avec nous. On n’est plus 2 mais 3 supposés auto-stoppeurs. Quelqu’un se propose de nous emmener à un endroit supposé meilleur. On accepte volontiers. Notre démarche quand ça coince un peu c’est d’accepter d’être déposés un peu plus loin. Pour le moment ça fonctionne. 

Nous aurons une première dépose sur une aire d’autoroute à Casablanca, une deuxième à la bifurcation Marrakech/Agadir. On se demande si on a bien fait de s’arrêter ici. L’endroit est désertique, il pleut, il vente. Au final, dans le quart d’heure qui suit, nous monterons dans le camion de Taoufiq, qui va à Agadir. Ce sera pluie et vent tout au long de la route, et arrivée de nuit à Inezgane, à côté d’Agadir. Taoufiq est vraiment génial. Il ne nous laissera qu’après nous avoir accompagnés pour trouver un hôtel et aussi trouvé un endroit où l’on peut encore manger malgré l’heure tardive. Un grand merci à lui pour sa gentillesse.

C8F1D79E-DA17-4F32-B513-1CBD07D7139A

0FDB9D8D-E2F2-4FAE-98E2-6BA75CA7AB62

761B86C9-ED0C-4020-BE68-1758FD359D1F

746EEC59-893C-4E21-A312-A36FC68867AA

3EDF9558-25E3-44B7-B47F-D2F17F8BE9E8

EA5D6E02-8668-4617-86B7-4868F8CF07F4

Info voyageur: visa mauritanien.

On peut prendre son visa à la frontière. On vérifiera au passage et on le fera pour le retour. On vous dira. Pour l’aller, on est passés à l’ambassade de Mauritanie à Rabat.

Anticipez et emportez avec vous 2 photos d’identité. Pour le moment une suffit, mais le niveau d’exigence peut varier pour une autre fois.

Prenez un taxi pour l’ambassade. Il y a un compteur dans le taxi, donc on ne discute pas le prix et la course devrait vous coûter environ 20 DH depuis la médina.

Pas besoin de rendez-vous, juste d’un peu de patience. C’est nettement mieux qu’avant. Allez y en fin de matinée. L’ambassade ferme au public à 15h30 (en principe). Le délai d’attente est variable mais ne devrait pas dépasser 1h30/2h, si l’agent consulaire n’est pas en réunion. On vous remettra un ordre de recette visa dont vous devrez vous acquitter en allant dans une banque à proximité de l’ambassade. Vous ne pourrez pas payer avec votre CB, mais il y une tirette à la banque. Vous passez au guichet de la banque pour payer et vous recevrez en échange un reçu qui vous permettra de retourner à l’ambassade pour la suite de la procédure. Au 26/02/2018 chaque visa coûte 690 DH (une entrée/ une sortie).

En revenant à l’ambassade, vous refaites le circuit, vous revoyez l’agent consulaire, vous donnez vos empreintes digitales, vous êtes pris en photo ( sans bouger de votre chaise) et vous repartez avec votre reçu, votre passeport et un rendez-vous pour le lendemain.

Le lendemain, vous reprenez un taxi, vous repassez à l’ambassade et 5 mn plus tard ( à peu près) vous repartez avec le sésame pour la République Islamique de Mauritanie.

Le visa c’est une entrée/une sortie/un mois. Pour ce qui nous concerne, c’est du 5 mars au 5 avril 2018. On peut entrer à partir du 5 mars mais on doit sortir au plus tard le 5 avril 2018.

Le carnet de voyage de Berniquette (extrait)

B40E66F7-F2E6-46EB-BF9E-E2CBA922533C

Mardi 27 février nous allons sur le côté mer de Rabat. Ça nous fait penser au Malecon de La Havane sans les voitures américaines. Une marocaine nous fait remarquer qu’on ne peut pas quitter Rabat sans être allé à la Kasbah des Oudaya, l’occasion d’une vue panoramique d’une partie de la route côtière. À la sortie nous y rencontrons des artistes tailleurs de céramique. Toutes les pièces du puzzle y sont taillées manuellement.

E73545EF-EC54-415A-B3F1-7E74D04332E9

F77C57D4-0B35-4A03-807B-9992DA69910F

1570EAC5-4313-4B40-8CA4-4183204195AA

60473F10-E84E-4593-A985-168ED2078497

92FD9323-5AFC-431A-95A8-AA173AFE51DA

A0616816-20A6-4C18-8E9A-833702B16EB2

CA7264EE-DB5E-484C-B1BF-645B05EB334D

0706C48A-C1C9-4C1C-8949-B97AE36F127A

E2784827-8CF8-44B1-81C7-765BF525F3D2

E622DE1B-7797-4136-AFCE-B2298EBE8150

7BBDE40B-2BB4-4F3F-A9DA-3942DA03D783

43333144-1CAC-410D-A6BD-CF2F2F28E3CD

70C7F4B0-82A9-4E47-AB35-43849E8604C3

EEDB7E98-B077-4041-BCD2-1D85EEADB131

E874D112-4613-4E83-A98B-2932C65B7BCA

Lundi 26 février:premier jour à Rabat. Ce sera balade dans la médina et passage à l’ambassade de Mauritanie pour notre visa. On vous racontera dans un billet spécifique genre info voyageur. Dans la médina nous n’y rencontrons que des gens qui ont le sourire plein la bouche et qui nous souhaitent la bienvenue. Il se prêtent volontiers à la prise de photo tant ils paraissent fiers de leurs boutiques et contents de l’attention que l’on y porte. Nous y retrouvons la harira (soupe) tajines et pâtisseries.

A71C9B3D-E20C-4221-BD83-B876F67A003C

00FA3513-84B9-4C9C-8178-1BFE76C96B38

3178B8E0-4943-40FB-A6D5-A46F93E1BD93

592F952E-B833-41FB-A9AF-A6CD949EC108

53BD6E2F-2E35-428F-80E8-A5E4F8D4F320

527AB172-CEB7-452A-941D-C487DA1DEDE3

90F12820-5A5E-4CF5-9605-263145EAB1BE

09995B56-3526-4F0F-8F74-1AFBAA31C9CD

2D46ECD9-0649-4040-984A-B4A470AF20C6

814E76F3-7BF9-4531-9813-EFD109CBB28C

23B92784-C6C7-4FD0-BCC5-13C040F501C7

520E3670-268D-4910-BDDE-3E89263BBDB7

Et aussi la vente à la criée du produit du jour le vêtement de pluie adapté à la météo du moment. Vous avez peut-être froid mais ici ce n’est pas tous les jours du soleil. Et encore, le cordonnier placé à un angle de rue. Quinze minutes pour réparer immédiatement ma chaussure que j’avais mal recollée avant mon départ. Je ne discute pas le prix de la réparation.

5D9A612E-CCA8-4A75-9CF4-03E1D2C6560A

B421721F-8352-486B-96AE-940DBF775DBE

Dimanche 25 février nous prenons à pied la route de la corniche à Tanger pour aller nous placer en sortie de ville direction Rabat. Nous y croisons Azzedine et Beia qui nous proposent de nous y emmener en voiture. Belle opportunité car la route était longue. Nous rencontrons le deuxième routier sympa depuis le début de notre périple. Il s’appelle Mohamed et va à Agadir. Nous on doit et on a envie de faire étape à Rabat. Il nous déposera à 8 km que nous finirons à l’arrière d’un triporteur moto et aussi à nouveau une longue marche jusqu’à la médina.

7A773236-3B90-4175-A7DC-0F2688320E2B

BCB0ACA7-F620-402F-8260-8A3F7BE0B075

959BBDF3-28CF-4875-8323-81E519D5AB0E

Samedi 24 février nous débarquons du ferry dans le vieux port de Tanger au pied de la médina. Nous arrivons en terre connue. Nous y sommes passés en 2013. Nous retrouvons rapidement l’hôtel où nous nous étions arrêtés. Il est complet mais ça nous informe sur les prix pratiqués qu’on a un peu oublié. Finalement ce sera le Palace Hôtel pour 120 DH (120 Dirhams). Bon faut pas croire c’est loin du Palace mais ça nous convient bien. Nous posons nos sacs et retrouvons les senteurs de la médina. Premier tajine et thé à la menthe. Tout va superbement bien.  ( 1€=11,31DH)

783EF483-4D85-4C92-9C3A-2D6F0A8B3152

12A35671-6CA2-485B-872D-E8663B98F099

8414EBFB-3B21-4E58-85A4-6BC26BA25592

AB91BA54-C8D4-4229-8B0E-1EAB9380CFC2

6BA5BDC4-7C76-4C38-B2D0-E2D7C7F98E5B

869792A1-1EF5-43FE-B2EC-FDDDC4D9F34B

F64596B1-44D4-4245-BB7B-B1629CE5E167

2DE44409-B0FE-4EEF-8212-F708103260F6

C67436BF-28A9-4FF5-B7FE-0A50CA473F81

F1221C27-7860-4233-ABA2-5F6A130BF881

53E1BA0D-4F81-4777-BB27-19FC028B08A0

Palabrez nous

Un encouragement, un conseil, une critique ou pour des bisous, n’hésitez pas à palabrer avec le message ci-dessous

Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner une adresse e-mail valide
Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner ce champ
Saisie obligatoire