Après avoir passé quelques jours à Nouakchott nous décidons de partir samedi 10 mars. L’auberge Ménata semble être connue dés routards, et des vendeurs de voitures en Afrique. Nous avons vu arriver le vendredi un duo de chauffeurs d’une camionnette Mercedes et d’une voiture Mercedes. Ils font équipe et vont au Mali pour vendre les véhicules. Nous entendons qu’ils passeront par Diama et partent le samedi matin. Tout ça pourrait faire notre affaire. Nous engageons une discussion avec l’un des deux. Ce n’est pas lui qui semble prendre la décision mais il nous semble plutôt fermé. En attendant de voir l’autre (Pascal et choupette la chienne) nous sommes plutôt optimistes, le camion à deux places libres et une, voire deux dans la voiture. Eh bien non, si nous avions été en difficulté au milieu de nulle part il nous aurait transportés, mais là, on n’était pas en galère, alors c’est non. Nous lui avions proposé de nous déposer juste avant le poste frontière pour que chacun retrouve son autonomie avant les contrôles, mais non, nous aurions été une charge pour lui. « Sans rancune Pascal et choupette » chacun fait comme il veut, mais nous n’avons pas trop compris tes arguments. Bref nous on sait comment on aurait fait et quelle aurait été notre réponse. Et vous, chers lecteurs, qu’auriez-vous fait? C’est pour un sondage.

Toujours est-il que nous nous sommes levés au chant du coq avant que Pascal, son pote et choupette quittent l’auberge et sommes allés en taxi jusqu’au poste de police de la route de Rosso/Diama pour faire de l’auto-stop. Nous voulions mettre toutes nos chances de notre côté d’arriver à Saint Louis avant la nuit, surtout que passer par Diama est moins facile que Rosso. Diama on finit par 40 km de piste alors que Rosso c’est du goudron mais un gros poste frontière, et un peu plus de pression sur les toubabs (Européens). Nous avons fait une trentaine de kilomètres dans un camion de chantier au départ de Nouakchott. Ensuite, nous avons été pris par Cheikh Ahmed Bamba Saleh qui nous annonçait faire environ 80km vers Rosso. Au fur et à mesure de la route et de notre conversation nous apprenons qu’il va jusqu’à Banjul en Gambie. Vu notre histoire il s’est pris au jeu et voulait nous faire la bonne surprise de nous déposer à Saint Louis du Sénégal. Nous avons fait un échange de cartes de visite à l’arrivée. Qu’il soit remercié de sa gentillesse et disponibilité. Pour nous ça contrastait beaucoup avec la situation de la veille. Nous arriverons au final à Saint Louis vers 14h ce qui relève pour nous d’une énorme chance. Il faut dire que nous en avons beaucoup depuis notre départ. Des nouvelles de Pascal et choupette, nous en avons eu en fin de soirée, alors que nous ne pensions pas les revoir. Ils sont arrivés au Camping Océan là où nous avons loué une case, bien après nous en fin de journée. Le camping Océan semble être aussi un lieu connu des routards. Partir en auto-stop et arriver avant nos deux amis français à Saint Louis ça a été notre petite victoire. 

D6AFAB9A-59A5-4F2E-81A1-9DB0120C2959

5478A7E7-01E8-47C2-8134-8DDDDF50A4C2

6B3FE005-B1CF-4031-903F-0795275BA072

DE76BDA6-B780-4D8A-B99F-FB43AEAE64BD

B3B89DEF-901F-4CC3-8264-46489D2DE3C7

Un petit tour marché de tissu dans le centre ville, il fait chaud toutes les marchandes font la pose en buvant du thé ou en faisant la sieste. 

C1FD099C-3F89-4823-B34B-C63BC7E6C72E

59E1A311-25BD-4D38-AB80-D328715B5E2B

92CFF385-BCB1-4B27-ADFB-1CC71C6B731D

D61EE75B-0D04-4900-80F3-C0482A700838

5E0A8BE1-2D16-4C88-AD56-F432F5B992F8

7F25096F-22A4-41EF-9E19-BE4A2CE8DECC

Mercredi 7 mars: première journée à Nouakchott. Se familiariser avec les ouguiyas mauritaniens la monnaie locale. Ils sont passés au nouveau ouguiya mais parlent toujours en ancien. Mais quand tu vas au DAB tu retires en nouveaux. Donc nous voulons retirer 8000 et au final on se retrouve à 80000 ouguiyas. Il faudra compter sur JP pour nous informer que nous lui donnons 50000 au lieu de 5000 pour la chambre. Z’avez pas tout compris?! Tu retires en nouveaux, tu parles en anciens, tu payes nouveaux et on te rend la monnaie en anciens, et tu divises par 4 pour avoir une équivalence euro (4000 ouguiyas = 10€), c’est pourtant simple. Nous décidons d’y passer plusieurs jours, pour prendre le temps. Il n’y a pas forcément grand chose à voir mais l’observation des scènes de vie quotidienne font partie des choses qui nous intéressent. S’asseoir, observer et éventuellement photographier, et raconter ce que nous percevons des choses du quotidien. Ce seront quelques fois des photos volées, mais le plus souvent avec l’accord des personnes. Il y a les choses que nous pouvons rapporter ici en récit et photos et ce que notre cerveau imprime de choses vues, senties, goûtées, entendues et touchées. Ça on pourra en parler à notre retour autour d’une bonne bière.

C’est en buvant un café en terrasse que nous verrons cette livraison de carcasses de moutons. Un dernier café avec Omar le tunisien avant qu’il ne reprenne sa route vers le Mali. Une visite chez un bijoutier revendeur d’artisanat local. Et encore, la livraison de pains, la boutique dédiée à la vente de boubous et sandalettes. Et enfin la visite au port de pêche et les innombrables 404 plateau qui semblent être le véhicule des professionnels de la pêche. Si tu entends un bruit de castagnettes c’est le petit cireur de chaussures qui passe, il a 12/13 ans. Plus jeune encore le gamin qui se plante devant toi avec sa boîte de conserve vide pour mendier. Il y aura ce qui ne peut se photographier mais qui mérite que nous en parlions et que nous réfléchissions à notre attitude face à la misère.

A7251026-7046-40D8-93FD-18BA6CE20DD4

F2E43BD6-922E-44A2-A848-DE8E30348DED

7F51542C-C158-4D2C-9FC6-432ECE444BBE

D7DE4A50-B89F-425F-B110-9E3FC2942975

F5850238-48DF-4F48-B5A1-D7B201A4DF29

15DC138A-D301-4278-A645-BA40D38C8A1F

E6CE989E-C6BD-4F48-B41D-5A3F1823B033

440F1431-D273-4712-826B-A3C865367EBF

70096C22-B842-45D8-98D4-383D253DE9AC

B0AA29C7-8D89-4A69-A927-370E27619CF5

3B8A50B0-5C96-45F3-8C5A-C5C1014127DE

0621E7D6-5AC3-4D12-988F-518C674BC17D

545083DA-E5F2-4A27-B8C9-35C2B58EE444

0E3F5CB9-F324-4A86-A3BC-72779F252217

004CF9A9-2DDD-4DFE-A286-7BAF5DA6A381

3CC1ECE7-F1E3-46A4-98B9-EADD8147DBF0

7F2770F2-BC92-441B-8CE0-599488A5336E

F5BA64A4-2292-4523-8281-DA24BB999753

0D72D5FC-BA66-4C6C-A697-DEDC44DB3484

0938DC2D-9C4C-4806-9B16-51DF9CC4C975

506D9B8A-8056-4CBE-A945-B24DFDF2322A

Sur le site du ministère des affaires étrangères français, le no man’s land séparant le Sahara Occidental de la Mauritanie est classé zone rouge donc zone à haut risque pour les français. Nous pensons que ceux qui actualisent le site n’ont pas dû venir sur le terrain ces derniers temps. Nous avions déjà pénétré dans ce territoire en 2013 et Berniquet l’avait déjà traversé sans encombre en 2012. Bon il faut avouer que ce n’est pas hyper rassurant la première fois qu’on passe ce secteur. Zone de petits trafics (voitures, cigarettes, change d’argent, etc) la nuée de personnes qui attend à la sortie du poste marocain peut être jugée oppressante, mais il n’y a jamais eu d’agressivité. Il faut y voir davantage l’expression d’une misère que d’un coupe gorge organisé. Oserions nous dire comme on peut en voir en France!!?? 

Pas question pour autant de fanfaronner, la vigilance reste de mise. Mais depuis que nous avons pris nos visas à Rabat nous sommes de plus en plus détendus à l’idée de passer ce bout de territoire. On peut même se permettre d’avoir une pensée amicale pour le Front Polisario. Certes, la situation connaît des hauts et des bas. L’année 2017 a connu des tensions sur le terrain qui depuis sont passées sur le terrain diplomatique.

http://www.jeuneafrique.com/mag/426358/politique/sahara-occidental-vis-a-vis-tendu-ligne-de-front-a-guerguerat/

Donc pour en revenir à notre traversée du no man’s land tout s’est passé tranquillement sans mauvaises surprises. De plus, nous avons rencontré Omar le tunisien qui passe en fourgon Mercedes et qui nous propose de nous emmener à Nouakchott. On est d’accord pour la proposition, il faudra juste aménager un troisième siège. Nous glanerons une planche dans le no man’s land, et ce sera parti pour quelques 400km après le passage de la frontière mauritanienne. Nous n’avons toujours pas compris pourquoi le policier mauritanien qui a contrôlé nos passeports nous a traités d’emmerdeurs. Nous avons réagi avec humour, ce qui n’est pas toujours facile, mais ça a permis d’éviter une embrouille dans un jeu que l’on ne maîtrise pas. Omar nous a donc conduit jusqu’à Nouakchott sans encombres après quelques 5 ou 6 contrôles de police. Nous avons été épatés de la maîtrise d’Omar lors des contrôles: « bonjour Monsieur mes respects voilà les photocopies des papiers on va à Nouakchott au revoir » et nous repartions sans que le policier ait le temps de dire ouf. Il nous déposera à l’auberge Ménata (5000 ouguiyas = 12,5€). Nous passerons quelques jours à Nouakchott.

B43ADDC0-7840-40BB-A59D-46C9828E0786

EB78C022-3AED-40D6-9FB3-338EE3BDF42C

5BEFC467-3E86-4BCF-8829-61ECBCE28FB6

1A697B59-AA90-4CF0-9C0F-A1C4AD5E54B8

4476E68A-4DB6-4C06-926B-68751A3FA0D1

8A830B17-3C85-46E5-8F00-6FE753CC93DE

788FC5BF-4188-4A14-A671-E3FA56306A5B

44A67DA7-D2FE-44B3-8688-2F80C50ECAE1

Palabrez nous

Un encouragement, un conseil, une critique ou pour des bisous, n’hésitez pas à palabrer avec le message ci-dessous

Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner une adresse e-mail valide
Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner ce champ
Saisie obligatoire