Nous partons vendredi 23 de Keur N’diaye Lo pour nous rendre dans la famille de Guediawaye. Quelques photos avant le départ.

7FDA6380-65D4-4EF1-9FE5-A4D5A2A744DC

2DF3BBB2-408A-42AF-AC09-3C1344CA8074

4BC3AC9C-7265-4EA0-9236-3AAB038D7A1D

AC5C3E6E-42DC-47A9-8F05-45996749B864

A9823C60-3C87-431E-A558-FA617AB82180

Visite d’un abattoir de poulets à Keur N’diaye Lo. Mame Fatou y est vétérinaire et nous fait découvrir les lieux. La construction d’un poulailler est en cours. Les poulets sont destinés à la consommation des sénégalais. Malgré l’absence de traçabilité de l’alimentation et des poussins qui sont livrés pour être engraissés, Mame Fatou nous explique ses recherches en phytothérapie pour les soigner contre les maladies possibles. Une démarche de soins plutôt douce malgré la production intensive. Ce sera sans doute mieux que les ailes de poulets venues d'Europe. En attendant de passer au végétarisme un jour.

5599EB91-2DA2-481D-8700-8BF9548D5428

2547CDEE-AE9D-4AAE-818A-F12102A65050

AA6391D7-E67D-4794-98EC-2293C64A40B2

8A990EEB-A2E5-4545-AC4D-FF61ED017455

1DCDABBD-7AAB-4A9C-B51E-3C2B26CA7EED

C870D744-9829-4D76-B766-C2C723D4C08A

502B107A-5389-40A7-B47D-CBA22E04BE46

23D327A8-FFC8-4497-9D2C-4066BA4ACE37

Scènes de vie quotidienne à Keur N’diaye Lo, et surtout à Taw Feex où nous coulons des jours tranquilles et sommes reçus comme faisant partie de la maison.

034E3C20-4201-4AF1-B68F-33D8C68863ED

B2BB8A39-68E6-4F02-95D4-B6B8727061A7

DA076664-81FE-4FCB-BA5A-F4ECD4524E24

FC06FBFA-0105-4863-838E-B7FC712B77D5

DD70739B-E563-49E5-B01F-F57001348734

FC3236AE-0B67-4C82-9D14-37303D51695C

FDAF4646-AC9E-4057-B57F-8968BE55BC12

D785A61B-30F9-4002-9C11-D478B2954F16

12994D4C-A95A-445A-8D19-DFC6DD9407AA

57446A0D-B453-4B6C-BCED-664673A285D2

7ECF5D29-134C-43BA-A59F-985338BBEA44

552B72AD-BA4B-4BDB-9A20-EDC3442E7700

Ne rien faire est un art. Il faut avoir le temps. Donc, si Serigne Cheikh est d’accord nous allons rester un peu pour avoir du temps devant nous, histoire de déguster ces moments de tranquillité dans un environnement propice au lâcher prise. Comme en plus, l’accueil y est vraiment chaleureux, et les moments d’échanges très conviviaux et bénéfiques, faudrait pas se priver.

Un dimanche soir à Taw Feex les images sont sombres mais l’ambiance est là 

https://youtu.be/z598LTt1SYU

61F6CDBC-195C-454A-8D20-E3DBE45BD906

30528CAE-51D9-4BA6-97FD-A0A3F3657F40

0C906DBF-AF4A-46BD-AC45-D3C6A3891062

CDCBC8B6-0DBF-452D-B62E-80102BD0E933

613AFE9C-4032-43EA-A238-269C6CFD6BE8

31149208-B6B4-4CAA-8069-A4CA929EAC46

79A78BB7-1191-4E58-9AD4-52808B93B742

1229CDD1-2EFE-4689-B852-534368B4ED30

Bon on est tellement bien reçus chez Pape Niang à Niomré qu’on y resterait bien un peu plus longtemps. C’est le cas partout on l’on a séjourné dans la famille, mais la vie est faite de bonjours et d’au-revoirs, ici salamaleicum et manguidem. Nous ferons les dernières photos de famille après le café touba. Nous essayons, autant que faire se peut, de noter les prénoms des personnes photographiées et ainsi éviter l’anonymat, c’est notre manière de respecter les personnes qui se prêtent au jeu des photos.

Pape aura la gentillesse de nous amener sur la route qui mène de Saint Louis à Dakar, où nous reprenons notre périple vers Rufisque et Keur N’diaye Lo. Une heure après avoir été déposés là, nous monterons dans un camion avec Modou et Dieye qui vont jusqu’à Tivaouane. Les deux sièges sont occupés. Qu’à cela ne tienne, nous poserons nos sacs et nos fesses sur la couchette. C’est l’occasion d’observer les voyants du tableau de bord: un voyant rouge « stop » est allumé en permanence, et les messages suivants s’affichent successivement « Air: arrêt immédiat, Défaut lampe, Défaut ABS,Danger blocage de roue ». Aucune inquiétude du chauffeur donc on ne va pas s’inquiéter pour rien. Le camion a 1 380 000 km au compteur. Arrivés à Tivaouane après que Dieye soit passé rendre visite à sa grand-mère, nous refaisons du stop avec notre technique qui s’améliore de jours en jours.

https://youtu.be/WlcY4vnJde8

C’est peut-être le moment d’évoquer le ton de notre récit. Il n’y a aucune moquerie dans ce que nous racontons juste quelquefois un regard bienveillant et amusé. Ousmane s’arrêtera avec son camion de la Sénégalaise Des Eaux. Il doit faire un arrêt au centre de captage de Pout Sud, pour y déposer des grosses bonbonnes de chlore. Nous entrerons dans l’enceinte du centre avec lui et l’attendrons à l’ombre d’un arbre pendant ses opérations de déchargement. Le chef du centre nous fait un salut amical. On n’imagine pas ça en France. Ousmane nous déposera sur l’autoroute à 1 km de notre destination du jour: Keur N’diaye Lo. Là ce sera le plaisir des retrouvailles avec Babacar, Balla et Serigne Cheikh Seye au lieu dit Taw Feex (prononcer tao faire).

6A3C6AB2-D0E9-4BA8-B658-C93A92B42DAD

480D421A-97D5-484D-B765-3B97A1F8AA4D

0A13E48D-82FF-4998-B76C-0A299D6A16C7

063A9834-4664-4124-A15D-39CAC207AEEB

A4C3232E-CC66-4403-BF74-8481646A114C

5E05AC84-E612-47CD-A1E4-CBDC05AAAE9A

FF13849F-5C9C-410F-879F-A6430B80F716

6C8D9B38-8C11-4108-BC7A-56ED0C4FE561

BA5014E7-E5E5-48AE-8131-6556421A22AC

7F79B0FA-485C-4006-A998-F69EA4E76471

4044339E-6693-4B98-959E-F5742F6AAC99

2BD4448D-F05F-4BD3-9827-F725D7595597

Il semblerait que dans les nouvelles du jour, ce jeudi 15 mars 2018, la mer a de nouveau fait des dégâts et provoqué des inondations à Saint Louis, dans le quartier des pêcheurs, là où nous étions jusqu’à mardi dernier. C’est malheureusement inévitable et il est à souhaiter que les autorités prennent des dispositions énergiques avant qu’il n’y ait une catastrophe humaine. Il ne peut malheureusement s’agir que d’une évacuation totale de toute la langue de Barbarie. Une pensée pour les habitants si l’information est confirmée. Nous aurons eu la chance pour ce qui nous concerne d’avoir évité cet épisode. 

Si Macron évoque le sujet nous serions contents de le savoir. 

Et pendant ce temps là à Niomré la vie se passe tranquillement entre Tieboudienne et café touba, à la recherche de courants d’air. La température dépasse 40 degrés au plus chaud de la journée. Les sorties sont à proscrire autant que possible entre 11h et 17h. Étant les seuls toubabs présents à Niomré les enfants ouvrent grand leurs yeux et il arrive aussi que les plus petits prennent peur et se mettent à pleurer quand ils nous voient. Les adultes quant à eux nous interpellent souvent en français. La plupart des familles de Niomré ont au moins un ou deux hommes commerçants en France. L’un d’eux nous a pris pour « de grands malades » d’avoir parcouru 5000 km en auto-stop, et surtout d’avoir le projet de rentrer en France dans les mêmes conditions. Ça nous a bien fait rire, le premier qui nous a traité de grands malades c’est notre pote Bernard de Rennes quand nous l’avons informé de notre départ.

101604E3-DD87-4824-8192-7F8DE3562746

013A2760-396F-4F82-86FE-5AB69AD79E1E

E42AA541-B3B7-4AB3-AE60-C10BEF6D294C

6E1B4C5A-5202-4511-8142-E7C7E8FF25BB

D55F28C1-25F7-48CF-8077-D26A952DE380

722960BA-9739-4A15-A9F3-2B96275FF2C0

03644EAD-64DE-420E-94E3-B061101B12F0

0FD58EF0-0D71-4348-8360-CED9CD2011C5

7BC21F9F-43AC-434F-A3A2-3B9CA013E793

Cet article de 2016 contredit notre ressenti sur la pêche sénégalaise et la réputation des sénégalais vis à vis de leurs voisins et confirme les difficultés sur la gestion des déchets (article de 2015)

http://www.senegal-export.com/les-ressources-halieutiques,21

https://www.ecofund.org/fr/news/la-gestion-des-ordures-menageres-au-senegal.html

Arrivés à Saint Louis samedi 10 mars, un mélange de souvenirs de 2012 et 2013, nous fait chercher et marcher 7 à 8 km pour enfin retrouver sur l’hydrobase (langue de Barbarie) le camping Océan. Quelque chose a changé. La mer a gagné du terrain et le camping a diminué de surface. Les cases ont été déplacées et reconstruites en dur. Que restera-t-il de ce bout de terrain entre le fleuve Sénégal et l’Océan Atlantique dans 20 où 30 ans. La population peut craindre a un déplacement forcé par la montée des eaux et il est à peu près probable qu’il ne restera pas grand chose au delà du pont Faidherbe, vers le fleuve et l’océan. Le parc de pirogues a considérablement augmenté en 5 ans. Le Sénégal ne semble pas avoir une politique efficace de préservation de la ressource halieutique pas plus que de la gestion des déchets. La situation est de ce point de vue catastrophique. En discutant avec un Sénégalais au village artisanal, celui-ci ne croit pas plus aux promesses de Macron, qu’à la volonté politique des dirigeants sénégalais et du président Macky Sall qui sont passés à Saint Louis lors de la « tournée » africaine de Macron.

Nous louerons une case au camping océan malgré le « choc » de trouver à l’accueil un portrait de Jupiter et une affiche de son parti. Nous avons effectué environ 8 km pour arriver ici et n’avons pas eu la moelle pour repartir chercher ailleurs. Berniquet a tenté de mettre le portrait face contre mur mais l’agent d’accueil craignant de se faire virer, Jupiter a retrouvé sa place à l’endroit. Bon on évitera l’accueil du camping pendant notre séjour.

Nous déambulerons le temps du week-end dans Saint Louis, histoire de s’immerger une nouvelle fois dans l’ambiance des rues sénégalaises, du port de pêche, des boutiques, des marchand(e)s ambulant(e)s. Nous en reniflerons le bon et aussi le moins bon. Ici nous retrouvons des températures plus douces qu’à Nouakchott. Il y fait même plutôt frais le soir quand le vent vient de la mer et charge l’atmosphère de cette brume d’eau de mer avec un océan un peu agité. S’il vient de l’est le vent amène son lot de sable. Ça aura été le menu météo de notre week-end Saint Louisien. Nous y rencontrons Jean-Marie un baroudeur que nous guiderons vers un Tangana (une gargote) où l’on peut manger un sandwich et boire un café touba. Jean-Marie doit partir mardi matin et a fait de la place dans son 4x4 pour nous déposer à Louga. Voilà une nouvelle opportunité pour nous de continuer notre route. Nous finirons les 7 km qui nous séparent de Niomré notre destination en taxi. Là nous commençons les visites amicales chez Pape, Modou N’diaye et Matar. 

49D443B4-AD42-46DF-8BAF-FE200CC55227

317FD26F-537F-4FD4-85D3-72F634A61CB4

D512CF9A-F090-4A6B-B60A-51A15ED64F51

9573DE43-C643-49B4-95BC-E4592C27C1E1

435EF17D-BE83-42C0-95DC-4D6D460A0890

7DC48EEE-1CB0-4B10-8231-33F457F099B6

4A03C4BB-ECAF-4867-8DD1-FAF7D3521247

65E16002-6BE3-43F2-94C7-A7EE8ABE6202

85F00D01-3159-4963-9E4A-9800B6EC5392

354AC9C3-CE3B-47B8-9042-1E9E7F962C15

66F193A3-4C5C-4FB3-B76C-114FB439E9F4

6D034D4A-AC31-4826-9177-0D1E8417621C

80C672AF-8EBF-485C-8FEB-3687DE6787FB

ECD1CE90-38C4-455F-A5C2-A55A5080DFFA

911D7619-FB4E-4C93-91B0-451945A7A7C3

544743E4-6215-47C0-9AF2-BF40D7419D60

3F1C0174-86CE-4CF4-8BE2-1C942C354BDA

046949B6-2139-4C56-83E1-0925FDBABB60

08625A38-295B-45D9-BCA0-D4478B67A1C9

09D332F9-7247-41D1-B66A-559814FF3969

F2B57409-F444-4D93-BA42-49E1DBC5E6C7

BF0EE975-2F0B-44CD-8DF6-1FCD395CBCD1

E2CE011F-B712-4D82-B183-7AF1851D4748

46FAD2B2-7182-4F8B-BA3A-DD17A17282F9

Palabrez nous

Un encouragement, un conseil, une critique ou pour des bisous, n’hésitez pas à palabrer avec le message ci-dessous

Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner une adresse e-mail valide
Veuillez renseigner ce champ
Veuillez renseigner ce champ
Saisie obligatoire